Tour statistique n°27 : Régularité (2)

Valery Hache / AFP / Getty Images
Valery Hache / AFP / Getty Images

Paris et Monaco ont encore une fois gagné mais ce n’est pas le cas de leurs poursuivants : Nice, Marseille et Saint-Etienne ont tous fait match nul tandis qu’Angers continue sa série de défaites. Dimanche, Lyon n’en a pas profité avec une défaite sur la pelouse de Lille.

Le zoom d’aujourd’hui va compléter celui de la semaine dernière au sujet de la régularité dans le football, on avait encore des choses à dire sur la possession et son effet sur la saison suivante.

Les matchs

Bordeaux – Nice : 0 – 0

Paris Saint-Germain – Reims : 4 – 1

Toulouse – GFC Ajaccio : 1 – 1

Monaco – Troyes : 3 – 1

Lorient – Guingamp : 4 – 3

Angers – Montpellier : 2 – 3

Marseille – St Etienne : 1 – 1

Caen – Rennes : 1 – 0

Lille – Lyon : 1 – 0

Cliquez sur les scores pour accéder aux maps des tirs / simulations du match (en utilisant les ExpGoals).

Zoom sur

Nous avons commencer à aborder la régularité dans l’article précédent mais il reste des choses intéressantes à dire, sur la stratégie de chaque équipe par rapport au pourcentage de possession mais aussi sur l’effet d’une attaque, ou une défense, régulière d’une saison à l’autre.

Possession

Dans ce domaine, on retrouve trois types d’équipes : celles qui veulent absolument avoir le ballon, celles qui préfère le laisser à l’adversaire et les équipes pour lesquelles ça va alterner d’un match à l’autre.

Dans la première catégorie, on retrouve évidemment le Paris Saint-Germain mais aussi Lyon, Nice ou Marseille : les deux premiers cités ont terminé 96,2% de leurs matchs avec un pourcentage de possession supérieur à la moyenne (84,6% pour Nice et 73,1% pour Marseille).

poss_nice
Pourcentage de possession de Nice au cours de la saison. Cliquez sur l’image pour la voir en grand.

A l’inverse, Caen et Bastia n’ont obtenu un pourcentage de possession supérieur à la moyenne que dans 11,5% de leurs matchs. Derrière eux, on retrouve Angers (15,4%) ou Guingamp (26,9%).

Ce qui ne veut pas dire que ces équipes ont été particulièrement régulières : pour Guingamp, par exemple, ça va énormément dépendre de l’adversaire du jour.

poss_guingamp
Pourcentage de possession de Guingamp au cours de la saison. Cliquez sur l’image pour la voir en grand.

Autre équipe intéressante : Nantes obtient plus de 50% de possession dans seulement 38,5% de ses matchs mais possède un pourcentage extrêmement régulier (3ème équipe la plus régulière dans ce domaine derrière Paris et Lyon).

poss_nantes
Pourcentage de possession de Nantes au cours de la saison. Cliquez sur l’image pour la voir en grand.
Répétabilité attaque

Retournons maintenant du côté de la régularité en attaque, j’ai voulu vérifier si avoir une attaque constante durant la saison permettait d’avoir moins de variation d’une saison à l’autre.

Parmi la majorité des équipes constantes offensivement la première saison, la seconde a vu des performances très proches. Cependant, les équipes avec une attaque supérieure à 1,50 Expected Goals par match ont tendance à varier plus profondément.

xGF.repeat

Ces saisons à part fonctionnent souvent par paire (amélioration puis détérioration, ou l’inverse) et on y trouve la saison dernière de Lyon et Marseille mais aussi la première saison, très réussie, de Laurent Blanc à Paris.

xGF.repeat3

Cependant, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que la corrélation est effectivement plus forte quand on s’intéresse uniquement aux équipes constantes offensivement la première saison. Tout étant extrêmement difficile de reproduire une saison au-dessus du lot en attaque.

Répétabilité défense

Côté défense, il y a moins d’écart entre les Expected Goals concédés par chaque équipe mais beaucoup plus entre les équipes constantes et celles pour qui les prestations défensives fluctuent. Il n’est alors pas surprenant de voir un impact encore plus fort de cette régularité sur les prestations futures.

xGA.repeat

Parmi les équipes constantes défensivement, depuis la saison 2012/2013, seuls Lille et Bordeaux ont constaté un écart important au niveau des Expected Goals concédés. Pour ces deux équipes, ça correspond à la deuxième saison de Francis Gillot et René Girard.

xGA.repeat3

Je pense que ce graphique parle de lui-même : il n’y pratiquement aucune corrélation d’une saison à l’autre pour les équipes inconstantes mais une corrélation très forte pour les autres. L’impact d’avoir un système défensif bien rôdé semble net. On peut expliquer ça par une assise défensive moins dépendante de joueurs en particulier mais plus du système employé à l’inverse du jeu d’attaque.

Conclusion

Je ne suis pas étonné de trouver un lien entre la régularité, offensive et défensive, d’une équipe et ses prestations l’année suivante mais les résultats obtenus sont encore plus intéressants que prévu, surtout côté défense.

Même si ces résultats sont assez logiques je pense qu’il est intéressant d’avoir une clé en plus quand il s’agit de prédire de futures performances. En prenant en compte la constance défensive on améliore ainsi ce qui est de base moins reproductible d’une année à l’autre (corrélation de 0,59 pour les Expected Goals concédés).

Pour un autre article sur le sujet (mais uniquement axé sur l’attaque), c’est par ici.

Vous pouvez accéder au classement complet interactif par ici : Classement statistique (Ligue 1 – 27ème journée)

A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire