OPTA Pro Forum 2017 (4) – Les corners à travers l’Europe

Type de corner selon le championnat (orange = rentrant, rouge = sortant, vert = court, bleu = droit).
Type de corner selon le championnat (orange = rentrant, rouge = sortant, vert = court, bleu = droit).

En collaboration avec OMalytics, on a décidé de vous faire un tour d’horizon des différentes présentations de l’édition 2017 de l’OPTA Pro Forum, un ensemble de conférences réalisées par des analystes statistiques à l’aide de données fournies par OPTA.

Quelle est la zone la plus dangereuse vers laquelle tirer un corner ?

Cette présentation de Alex Rathke‏ (@AlexRathke) s’intéresse à la façon dont sont tirés les corners et leur efficacité dans les différents championnats européens. Est-ce qu’il y a une différence selon le pays et quelle est la zone à privilégier ?

Données et procédure

L’auteur a utilisé les données d’Opta de la saison 2015/2016 dans les 5 grands championnats (Premier League, Bundesliga, Ligue 1, Liga et Serie A). L’échantillon pour cette étude était de 18,425 corners.

En utilisant les coordonnés XY, la moitié de terrain de l’équipe adverse a été découpé en 11 zones. Les autres informations utilisées sont le type de corner (rentrant, sortant, droit ou court).

Surface de réparation : 2 – 9 / "Danger Zone" : 3, 4, 5 et 8
Surface de réparation : 2 – 9 / “Danger Zone” : 3, 4, 5 et 8

Le but de cette présentation est ensuite de séparer les corner étudiés selon la zone, le type ou le championnat pour repérer des tendances. Que ce soit sur le nombre de buts marqués ou le pourcentage de passes réussies. Avec pour but final d’identifier des stratégies plus performantes que d’autres.

Résultats
  • Selon le type de corner

La première observation de ce poster est que le type de corner n’a pas, seul, de corrélation significative avec le nombre de buts. En revanche, quand on regarde la valeur du R² 1 mais qu’on ajoute d’autres variables comme les zones du terrain, ce chiffre augmente nettement.

Le corner sortant est le deuxième type de corner le plus dangereux, le premier étant le corner droit (ni rentrant, ni sortant). En ne considérant que la surface, cette valeur augmente légèrement. Du côté des corners rentrants, la valeur de corrélation est plus faible mais reste significative.

Sur la saison 2015/2016, les corners rentrants ont légèrement été favorisés par rapport aux corners sortants. Les corners courts ont été moins utilisés, payants sans doute leur image qui en fait une solution peu efficace.

Cette présentation n’avait cependant pas vocation à se focaliser sur ceux-ci puisque, faute de temps, seul la première passe a été étudiée. Alors que c’est la qualité de la suite de la combinaison qui définie l’efficacité d’un corner court.

D’autant plus que l’objectif peut aussi être très loin de simplement se montrer dangereux offensivement en faisant le choix de conserver le ballon plutôt que de l’envoyer dans la boîte.

  • Selon le championnat

Alex Rathke se penche ensuite les spécificités de chaque championnat. En général, les corners sortants ont amenés plus de buts (230) que les corners rentrants (207) mais il y a des écarts notables entre les championnats. De même, alors que les corners rentrants étaient les plus populaires de peu, des différences existent selon le pays.

Par exemple, les corners rentrants étaient plus utilisés en Premier League et en Ligue 1 alors que la Bundesliga, la Liga et la Serie A préfèrent les corners sortants. Logiquement, la préférence pour un type de corner coïncide avec un meilleur taux de conversion dans le championnat.

  • Selon la zone

Sur la saison 2015/2016, un corner a été converti environ 3% du temps avec un taux de conversion différent selon la zone et le championnat. Ce qui ressort pour l’instant est qu’il n’y a pas de distinctions nettes entre les différentes zones. Comme ces résultats ne permettent pas de tirer de conclusion, l’auteur a décidé que le taux de réussite de la passe lors d’un corner donnerait une connaissance plus approfondie de l’impact de ces zones.

Les buts sont rares dans le football et c’est encore plus le cas avec les corners. En utilisant le pourcentage de passes réussies comme point de comparaison, on peut examiner comment différents types de corners fonctionnent selon la zone.

Champ. Rentrant Sortant Droit Court
Zone 1 28% 63% 80% 99%
Zone 2 32% 25% 57% 93%
Zone 3 23% 18% 0% 33%
Zone 4 14% 17% 12% 50%
Zone 5 29% 17% 10% 100%
Zone 6 33% 26% 33% 92%
Zone 7 51% 51% 50% 91%
Zone 8 30% 41% 38% 64%
Zone 9 52% 42% 69% 90%
Zone 10 72% 74% 72% 98%
Zone 11 30% 9% 50% 99%

Les chiffres en gras sont les situations avec un échantillon supérieur à 200 passes réussies.

Ce tableau montre que la “Danger Zone” a un pourcentage de passes réussies plus faibles que les autres zones dans la surface. Ce faible taux de réussite pourrait principalement être expliqué par le grand nombre de joueurs qui occupent cet espace pendant un corner.

Conclusion

La conclusion d’Alex Rathke est surtout une ouverture pour la suite des recherches, aucune réponse définitive n’étant donnée sur la stratégie la plus efficace sur corner.

La saison 2015/2016 a cependant identifié des différences entre les championnats qui seraient également attendues entre les différentes équipes d’un même championnat. Même si le pourcentage de passes réussies peut être utilisé comme mesure de réussite et permettre d’identifier les zones à viser, de futures études doivent examiner ça plus en détails.

L’auteur ajoute que l’utilisation de scouting vidéo avant d’affronter un adversaire doit être considéré pour identifier d’autres schémas de jeu. D’autres recherches pourraient aussi être menées en prenant en compte d’autres événements comme les remises, etc.


Notre avis

@Birdace : Le sujet des coups de pied arrêtés est passionnant et bien trop peu représenté dans l’analyse statistique alors qu’ils sont une part importante du total de buts marqués. Pourtant, je dois avouer que je suis plutôt resté sur ma faim après lecture de ce poster de présentation.

Il est dommage que l’auteur ait eu trop peu de temps pour étudier le sujet au-delà de la première passe. En effet, c’est dans la suite de l’action qu’il y a le plus de déséquilibre, une fois que le premier joueur a touché le ballon. Ça m’aurait intéressé de savoir quelles équipes savent le mieux gérer ces situations, par exemple.

C’est particulièrement le cas pour les corners courts qui commencent à revenir à la mode avec des combinaisons de plus en plus élaborées. Là-aussi, est-ce que le choix du corner court se justifie au niveau du volume d’occasions créées ?

@OMalytics : La trajectoire et la destination des corners (essentiellement premier ou deuxième poteau) n’a jamais fait à ma connaissance l’objet de recherche publiée. En cela j’ai accueilli avec beaucoup d’intérêt les travaux d’Alex Rathke.

Bien que cela ne saute pas aux yeux sur le poster, on notera que les corners sortants sont très légèrement plus efficaces que les corners rentrants sans que cette différence soit significative. Il est aussi intéressant de constater qu’il y a des différences en fonction des championnats et que la Bundesliga est seule à préférer très nettement les corners sortants.

Comme le dit l’auteur, l’étude n’est pas vraiment concluante quant à la meilleure stratégie à adopter sur corner. On pourra regretter l’absence d’utilisation des tracking data qui aurait pu permettre d’identifier les déplacements des joueurs au sein des équipes particulièrement redoutables dans cet exercice.

Le poster de présentation d’Alex Rathke


Sur le même sujet

Le site de Alex Rathke : Pas mal de données publiques, notamment sur la Bundesliga.
Changing How the World Thinks About Set Pieces : Réquisitoire pour que les coups de pied arrêtés soient pris au sérieux par les clubs.
Diego Simeone’s Atletico: Corner Analysis : Difficile de faire mieux en termes d’analyse poussée des corners d’une équipe.


  1. Pour paraphraser Wikipédia, le coefficient de détermination (R²) est une mesure de la qualité de la prédiction d’une régression linéaire. C’est le rapport entre la variance expliquée et la variance totale. Situé entre 0 et 1, 1 étant le maximum. 

Laisser un commentaire