Tour statistique n°11 : Le début de saison du PSG

 

On se rapproche petit à petit du tiers de la saison avec cette 11ème journée. Caen et Nice ont chuté tandis que Marseille et Bordeaux ont gagné et espèrent pouvoir continuer pour remonter vers les places européennes. Du côté de Lyon, l’attaque s’est réveillée et l’équipe est repassée devant le voisin stéphanois.

Saint-Etienne justement qui a subit une nouvelle démonstration d’un Paris Saint-Germain très en forme depuis le début de saison avec un démarrage bien supérieur en termes de points. C’est sur eux qu’on va se pencher aujourd’hui et comparer ces 11 premiers matchs avec ceux de l’année dernière.

Les matchs

Caen – Nantes : 0 – 2

Lyon – Toulouse : 3 – 0

Lorient – Rennes : 1 – 1

Montpellier – Bastia : 2 – 0

GFC Ajaccio – Nice : 3 – 1

Angers – Guingamp : 0 – 0

Reims – Monaco : 0 – 1

Lille – Marseille : 1 – 2

Bordeaux – Troyes : 1 – 0

Paris Saint-Germain – Saint-Etienne : 4 – 1

Cliquez sur les scores pour accéder aux simulations du match (en utilisant les ExpGoals).

Zoom sur

Après 11 matchs, le Paris Saint-Germain n’a toujours pas perdu et compte déjà 7 points d’avance sur l’actuel deuxième du championnat, l’étonnant Angers, avec la meilleure attaque et la meilleure défense. Comme c’est de circonstance apparemment, on va retourner dans le passé pour comparer ce début de saison avec l’année dernière.

Classement de la saison 2014/2015 après 11 journées (cliquez sur l’image pour le lien vers le site)
Saison Matches TirsP TirsC CadrésP CadrésC BGP BGC xGP xGC
2015/2016 11 15,0 9,0 6,3 3,4 2,9 0,8 1,68 0,57
2014/2015 11 12,3 9,9 4,9 2,9 2,3 0,6 1,33 0,69
2014/2015 38 12,9 10,1 5,7 2,9 3,2 0,8 1,71 0,70
Moyenne L1 12,1 12,1 4,1 4,1 1,6 1,6 1,19 1,19
Top5% 15,3 9,6 5,5 3,0 2,6 1,2 1,75 0,89

Paris n’avait toujours pas perdu à ce stade de la compétition non plus mais enchaînait les matchs nuls, principalement à cause d’une attaque à la traîne. Avec un nombre de tirs largement en baisse par rapport à l’année précédente (15,7 tirs par match en 2013/2014) tout comme le nombre de tirs cadrés, Paris avait du mal à se créer des occasions nettes.

Au fur et à mesure de la saison, leurs prestations offensives se sont largement améliorées tout en restant toujours aussi solides en défense.

Sur ce début de saison, le Paris Saint-Germain a démarré pied au plancher, avec une domination dans le nombre de tirs tentés/concédés qui se rapproche de la première saison de Laurent Blanc. C’est-à-dire que, en moyenne, 62,5% des tirs dans un match de Paris sont à l’avantage de ces derniers, ce ratio de 0,625 est le meilleur de ces 7 dernières années pour eux. Seul Marseille a fait mieux avec 0,627 en 2009/2010.

C’est encore plus nette concernant les tirs cadrés où l’attaque de Paris est grande forme avec 6,3 tirs cadrés par match. Paris tire beaucoup et cadre une partie importante de ces tirs. Une autre caractéristique de cette équipe, c’est sa capacité à se créer des occasions nettes tout en évitant d’en concéder.

Zones tirs
Différence du nombre de tirs par match pour chaque zone, entre Paris et le reste de la Ligue 1.

On voit bien avec ce graphique que Paris évite de tirer de loin ou même à l’entrée de la surface : 31,2% de tirs en dehors de la surface pour Paris et 41,7% pour les autres équipes. A l’inverse, Paris se concentre sur les zones dans l’axe de la surface qu’on appelle “danger zone” où la plupart des buts sont marqués : c’est là qu’ils se différencient du reste du championnat.

Selon la même logique, leur part d’occasions nettes (“big chances”) est nettement supérieur à la moyenne avec 22% pour eux comparé à 12,5% pour les autres équipes.

Une critique qui a été faite à Paris cette saison, c’est de démarrer ses matchs en deuxième mi-temps après 45 premières minutes d’assez faibles intensités. J’ai voulu vérifier ça avec mes chiffres.

Equipe Saison TirsP TirsC CadrésP CadrésC BGP BGC xGP xGC
Moyenne L1 +16% +16% +19% +19% +17% +17% +17% +17%
Paris-SG 2014/2015 +36% +15% +35% -7% +0% +0% +22% -10%
Paris-SG 2015/2016 +30% +25% +52% -12% +133% +67% +103% +28%

Ce tableau représente, pour chaque statistique, le pourcentage d’augmentation (ou de baisse) entre la première et la seconde mi-temps.

Sur les deux dernières années, une équipe de Ligue 1 moyenne a vu sa production offensive augmenter de 15 à 20% en deuxième mi-temps, que ce soit au niveau des tirs, des tirs cadrés, des Big Chances ou des Expected Goals.

Pour le Paris Saint-Germain, l’augmentation est beaucoup plus importante entre la première et la deuxième mi-temps et c’est d’autant plus le cas cette année : l’équipe tire plus, cadre plus et, surtout, se crée des occasions de meilleure qualité.

Ce qui ressort c’est donc que Paris semble avoir atteint son rythme de croisière plus rapidement et il n’y aura pas de faux suspense en Ligue 1 cette année. A côté de ça, la frustration des supporteurs peut se comprendre quand son équipe ne joue sérieusement que la seconde partie des matchs : en termes d’Expected Goals Pour, Paris est à peine supérieur à la moyenne en 1ère mi-temps (0,63 contre 0,48) mais largement au-dessus en deuxième période (1,28 contre 0,55).

players_evolution_paris
Evolution des joueurs parisiens avec la saison précédente (450 minutes ou +).

Au niveau des joueurs, la plupart des joueurs sont restés au même niveau quand on regarde leur apport en buts et passes décisives estimés (Expected Goals de chaque tir et passe clé) par 90 minutes. Verratti et Moura semblent légèrement moins impliqués dans le jeu offensif de l’équipe mais Zlatan Ibrahimovic compense en étant très productif sur ce début de saison même si c’est probablement amené à diminuer.

player_map_ibrahimovic
Localisation des tirs et passes clés de Zlatan Ibrahimovic et leur valeur en xGoals.

En dehors de quelques frappes lointaines, notamment sur coup-franc, il a multiplié les tirs à l’intérieur de la surface et à même trouver ses partenaires dans d’excellentes conditions à plusieurs reprises. Son volume de tir est énorme avec 5,9 tirs P90 dont 4,5 tirs P90 dans la surface. A côté de ça, il maintient son rythme de 1,7 passes clés P90. En Ligue 1, un seul joueur contribue à plus de tirs par matchs que lui et c’est Ángel Di María.

Joueur Tirs Dribbles Dribble% Passes Passes clés xGoals xAssists TirsContr
Di Maria 4,49 2,62 46,7 44,61 3,37 0,62 0,58 7,86
Moyenne L1 1,89 1,52 46,5 31,86 1,46 0,34 0,15 3,36
Top 5% L1 2,62 2,64 61,5 41,28 2,02 0,41 0,28 4,31

Comme souvent, il faut rappeler qu’il est encore tôt mais l’impact de Di María est déjà très important et il n’est pas pour rien dans la remonté du nombre de tirs par match de Paris. Pour un attaquant, 4,49 tirs P90 c’est déjà énorme mais pour un joueur de couloir, c’est encore plus rare. D’autant plus que plus de la moitié de ces tirs sont dans la surface.

Il touche aussi beaucoup de ballon, même pour une équipe comme Paris (le nombre est ajusté par rapport à la possession) et est une vrai force créative avec 3,37 passes clés même si 44% viennent de coups de pied arrêtés.

player_map_di_maria
Localisation des tirs et passes clés d’Ángel Di María et leur valeur en xGoals.

Ces tirs et passes clés ont aussi été dans des zones dangereuses avec, notamment, 4 passes clés et 1 tir dans la surface de but. Edinson Cavani n’est pas en reste non plus avec, comme Ibrahimovic, 7 buts au compteur et le trio d’attaque parisien n’a jamais fait aussi peur.

 

Vous pouvez accéder au classement complet interactif par ici : Classement statistique (Ligue 1 – 11ème journée)

Rendez-vous la semaine prochaine pour le récapitulatif de la 12ème journée.

Laisser un commentaire