Tour statistique n°34/35 : Joueurs en progression

Jean-François Monier / AFP / Getty Images
Thomas Samson / AFP / Getty Images

Cette journée 34 fut placée sous le signe des victoires à l’extérieur avec pas moins de 5 équipes à s’imposer loin de leurs quartiers. Guingamp a définitivement éteint les chances de Ligue des Champions de Rennes tandis St Etienne continue sa série et y croit encore, Montpellier a obtenu une victoire importante pour le maintien et Lille flambe.

Maintenant qu’on s’approche tranquillement de la fin de saison, j’ai décidé de me pencher sur les joueurs qui semblent avoir le plus progressé depuis la saison dernière et de regarder si des statistiques permettent d’appuyer ça ou, au contraire, de contredire cette impression.

Les matchs

Lyon – Nice : 1 – 1

Paris Saint-Germain – Caen : 6 – 0

Troyes – Reims : 2 – 1

Lorient – Toulouse : 1 – 1

GFC Ajaccio – Lille : 2 – 4

Bordeaux – Angers : 1 – 3

Bastia – St Etienne : 0 – 1

Nantes – Montpellier : 0 – 2

Rennes – Guingamp : 0 – 3

Monaco – Marseille : 2 – 1

Cliquez sur les scores pour accéder aux maps des tirs / simulations du match (en utilisant les ExpGoals).

Zoom sur

En plus des nombreux espoirs à éclore chaque saison en Ligue 1, il arrive régulièrement que des joueurs explosent après une saison parfois quelconque.

Souvent, des critères assez logiques permettent de l’expliquer : changement d’équipe, de coach ou de système de jeu qui mettent le joueur dans de meilleurs conditions, arrivée à maturité ou, tout simplement, chance qui tourne.

A côté de ça, certains joueurs vivent l’aventure inverse et une enchaînent une saison réussie avec une année plus galère, souvent pour les mêmes raisons. Jetons un coup d’oeil aux statistiques derrière tout ça.

Liste de joueurs limitée à ceux ayant joués plus de 450 minutes sur chacune des deux saisons et coups de pied arrêtés (dont les penaltys) exclus.

Minutes

Ce graphique indique la différence de minutes jouées, entre la saison dernière et celle-ci, par tranches de 90 minutes (minutes jouées / 90) pour avoir une correspondance en termes de matchs. Pour la saison en cours, le nombre de minutes est projeté sur 38 matchs pour pouvoir comparer.

diff.minsLes deux premiers joueurs de cette liste ont dû partir pour devenir titulaires, aboutissant pour chacun d’eux à leur saison record en termes de buts.

Ndong profite lui du départ de Mostefa et de la mise à l’écart d’Abdullah, c’est d’ailleurs le joueur de champ ayant joué le plus de minutes à Lorient. Les merlus ont aussi plus souvent aligné un milieu renforcé.

Pour Batshuayi, c’est évidemment le départ de Gignac qui a installé le belge dans le rôle de titulaire indiscutable, surtout en première partie de saison où il était le seul vrai attaquant de l’effectif.

Les joueurs dont le temps de jeu est en chute libre ont pour la plupart eu leur saison minée par les blessures : c’est le cas de Sanson, Pastore ou Ntep, par exemple.

Dans ce domaine, on peut aussi citer Lemar qui aura joué plus souvent dans une équipe de meilleur niveau ou Ghezzal, titulaire indiscutable depuis la prise de pouvoir de Génésio. Du côté des absences, celles de Fekir et Verratti ont aussi fait mal à leur club.

Tirs

Un joueur domine très largement les plus grosses progressions en termes de tirs tentés par 90 minutes, c’est le mal-aimé Claudio Beauvue. Un cas que j’avais déjà abordé sur ce blog, pas illogique en passant de la 3ème équipe qui tire le moins à celle qui tire le plus en Ligue 1.

diff.tirs

Un changement moins positif quand on s’aperçoit qu’il tire plus souvent depuis l’extérieur de la surface par rapport à la saison dernière même si son nombre d’occasions nettes (Big Chances) a aussi augmenté.

Derrière lui, on retrouve un autre joueur lyonnais : Rachid Ghezzal, le Robben décinois, un autre joueur qui tire historiquement beaucoup depuis l’extérieur de la surface même s’il y a une légère amélioration de ce point de vue cette saison (+3.2% de tirs dans la surface).

ghezzal_shots

A noter aussi, Zlatan Ibrahimovic qui, à 34 ans, fait la meilleure saison de sa carrière en termes de buts et n’a jamais autant tirer depuis son arrivée en Ligue 1 (plus d’infos ici). Assez pour obtenir une prolongation de contrat ?

A l’autre bout du classement, Mohamed Yattara profitait probablement de l’avantage de souvent rentrer en cours de match l’année dernière, les remplaçants se créant généralement des occasions à un rythme plus élevé.

Buts

diff.buts

Deux joueurs sortent immédiatement du lot ici : Zlatan Ibrahimovic, qui va finir meilleur buteur du championnat, et Kamil Grosicki, 16ème au classement des buteurs mais avec seulement 1369 minutes de jeu au compteur.

Le polonais n’avait d’ailleurs jamais marqué pour Rennes en Ligue 1, malgré des chiffres tout à fait corrects en termes d’Expected Goals : 0.27 xGoals P90 en 2014/2015 mais 0% de ses occasions nettes converties.

grosicki_shots

Alessandrini et Boufal sont intéressant aussi : ils ne se créent pas forcément plus d’occasions en termes d’Expected Goals, avec même une légère baisse du nombre d’occasions nettes, mais ils ont marqué plus de buts.

En partie grâce à une meilleure réussite sur ces occasions nettes pour Alessandrini mais surtout, et c’est valable pour les deux, grâce à des buts depuis l’extérieur de la surface : 2 pour Alessandrini (3.3 xGoals pour 5 buts, au total) et 4 pour Boufal (2.9 xGoals pour 9 buts).

Pour Alassane Pléa, les chiffres derrière sa réussite apportent plus de confiance pour l’avenir, sa progression en buts correspondant à celle en Expected Goals grâce à plus de tirs et plus d’occasions nettes.

Passes clés/décisives

A l’inverse des tirs, assez peu de joueurs ont vu leur nombre de passes clés exploser ou fortement diminuer. Les plus grosses améliorations sont à mettre au crédit de Jamel Saihi (+0.91) et Ismael Diomande (+0.86), deux joueurs qui ont finalement très peu joué. Derrière on retrouve Sala, Boudebouz ou Tolisso.

diff.passes

Des noms très différents quand on prend en compte la qualité des occasions avec les Expected Assists, en dehors de Boudebouz qui confirme sa très bonne saison.

Pour Sio, l’amélioration dans ce domaine fait miroir à sa diminution du nombre de tirs/buts en ayant plus souvent occupé l’aile de l’attaque après un échange avec Dembelé.

Ibrahimovic impressionne aussi dans ce domaine alors qu’il est déjà à la base un attaquant qui crée des occasions pour ses coéquipiers.

Enfin, Delaplace fait partie des milieux qui se projettent beaucoup dont j’avais déjà parlé alors que Ghezzal et de Preville font partie des joueurs les plus dangereux de leur équipe.

Une progression qui se reflètent généralement dans le nombre de passes décisives mais avec des degrés divers. Pour Sio et Ibrahimovic, cela semble grandement lié à la réussite des coéquipiers : Di Maria/Dembelé, par exemple.

Les trois joueurs ayant le plus boosté leurs chiffres dans ce domaine ne sont cependant pas là puisqu’il s’agit de Dirar, Batshuayi et Nangis mais tous ont un nombre de passes décisives largement supérieur à ce qui est estimé : 3.6 xAssists contre 6 passes décisives pour Dirar, 2.4 contre 9 pour Batshuayi et 0.4 contre 2 pour Nangis.

Défense

Les statistiques défensives étant encore peu maîtrisées, il est très difficile de les utiliser pour juger de la qualité d’un joueur. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne sont pas intéressantes pour autant car elles peuvent donner une idée du style d’un joueur et de son évolution.

Par exemple, en termes de tacles réussis, c’est Henri Saivet qui touche le gros lot avec +2.7 tacles réussies par 90 minutes. Une évolution qui résulte évidemment de son changement de poste, une nouvelle position de milieu axial où il a excellé avant de partir en Angleterre. Suivent Issiaga Sylla (+2.19), Benjamin Corgnet (+1.81) et Benjamin André (+1.71).

Pour les interceptions, ce sont Lindsay Rose (+2.29) et Wesley Lautoa (+2.05) qui sont largement en tête, peut-être un changement dans la façon de défendre à Lorient ?

Si on s’écarte un peu des statistiques classiques, c’est Samuel Umiti, notamment, qui se démarque.

Que ce soit en regardant une stat créée par Thom Lawrence, et nommée PATCH, qui mesure à quel point un défenseur empêche la progression de l’adversaire à travers sa zone : il y est le meilleur défenseur du championnat de France devant Thiago Silva et Loic Perrin.

Mais c’est aussi le cas quand on s’intéresse à l’impact de sa présence ou non sur les performances de Lyon. Sans entrer dans les détails de la formule (un article sur le sujet devrait arriver à l’inter-saison), seul Thiago Silva a un impact plus positif que le lyonnais parmi les défenseurs de Ligue 1 (suivi de Pallois).

Gardiens

Comme pour les défenseurs, il est très difficile de juger les gardiens mais mon essai sur la question a donné des résultats que je trouve assez satisfaisant. En comparant Expected Goals des tirs subis et buts réellement concédés, ça donne une idée de l’apport d’un gardien sur un point précis.

diff.gardiens

Vincent Enyeama, auteur d’une saison de grand niveau (meilleur gardien ayant subit au moins 50 tirs) et Steve Mandanda, qui avait vécu une saison compliquée l’année dernière, sont les deux joueurs ayant le plus progressé selon cette statistique.

En fond de classement, Danijel Subasic (5ème de Ligue 1) et Anthony Lopes (9ème de Ligue 1) ne font pas une mauvaise saison mais avaient été incroyable l’année précédente.

Conclusion

Sans surprise, après tout c’est lui qui illustre cet article, Rachid Ghezzal est mon Most Improved Player de la saison. Il a progressé dans tous les domaines :  tirs, xGoals, buts, xAssists et passes décisives. Seul Ibrahimovic a plus progressé en termes de contribution aux Expected Goals.

Voilà ce que donnerait mon équipe-type des joueurs s’étant le plus amélioré :

mip

J’ai choisit de ne pas mettre Zlatan Ibrahimovic, de toute façon trop au-dessus de la Ligue 1 pour oser parler de progression.

Parmi les joueurs que je n’ai pas sélectionné, Valère Germain fait une bonne saison mais ces chiffres sont finalement très proches de l’année précédente (+0.05 à la contribution aux tirs, -0.05 pour les Expected Goals et +0.01 pour les buts). Il a surtout enfin trouvé une place de titulaire.

Auraient aussi pu être choisis : Nabil Dirar, Nolan Roux, Georges-Kévin Nkoudou, Ronny Rodelin, Nicolas Benezet ou Tolisso (surtout depuis l’arrivé de Génésio).

Pour ceux qui l’ont loupé, les Cahiers du Football organisent justement des votes pour les prix NBA de la Ligue 1 dont une catégorie Most Improved Player si vous voulez comparer. Leurs nominés : de Préville, Germain, Ghezzal, Koziello et Sidibé.

 

Vous pouvez accéder au classement complet interactif par ici : Classement statistique (Ligue 1 – 35ème journée)

A la semaine prochaine !

Une réflexion sur “Tour statistique n°34/35 : Joueurs en progression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *